Complexe Capitale Hélicoptère
Centre de maintenance
06 janvier 2021

Quel est l’entretien des hélicoptères en hiver?

Dès que les températures passent sous le point de congélation, la neige, la pluie, le verglas et le givre peuvent causer bien des maux de tête. Pour éviter de mauvaises surprises, voici la base à connaître pour l’entretien des hélicoptères en hiver.



1. Garder les huiles au chaud

Hélicoptère Airbus AS 350 B2 à Manouanis en en train d’effectuer un décollage en hiver.
Les huiles de la transmission, du moteur et des systèmes hydrauliques auront tendance à s’épaissir quand le mercure refroidit en hiver.

Il faut savoir que la température qui descend sous les 0 °C aura immanquablement des répercussions sur les fluides de l’aéronef. Les huiles de la transmission, du moteur, des systèmes hydrauliques, etc. auront tendance à s’épaissir quand le mercure refroidit en hiver.

Pour conserver les liquides chauds, il faut un système d’appoint de chauffage. Celui-ci est composé de coussins, couvertures et câbles électriques, ou tout simplement de chaufferettes judicieusement disposées.

Heureusement que ces systèmes existent! Fini le temps où il fallait purger tous les liquides dans des sceaux et les conserver près de soi à l’intérieur quand l’hélico ne volait pas.

Pour connaître les limitations de température de l’hélicoptère, mieux vaut consulter le manuel de vol de l’appareil. Pour connaître les différents systèmes de préchauffage pouvant être installés, il est important de s’informer auprès d’un mécanicien.



2. Augmenter la durée de vie de la batterie

Hélicoptère Robinson RH44 ayant atterri dans un champ enneigé.
En hiver, un chauffe-batterie externe permet de maintenir la température de la batterie de sorte qu’elle soit prête à reprendre du service dès que demandé.

Une batterie performante même par grand froid, c’est possible! Il suffit d’avoir recours à un chauffe-batterie externe, similaire à celui qui est utilisé pour les automobiles. Cet appareil permet de maintenir la température de la batterie de sorte qu’elle soit prête à reprendre du service dès que demandé.

Faute d’avoir un chauffe-batterie externe, il est possible de retirer la batterie et la rentrer à l’intérieur au chaud.



3. Dégivrer le parebrise efficacement

L'intérieur d'un hélicoptère Airbus EC 120 Colibri en hiver.
Réchauffer progressivement la cabine pour éviter que votre parebrise craque.

Dégivrer un parebrise d’hélicoptère nécessite du tact. Réchauffer la cabine trop rapidement et peut laisser place à un scénario d’horreur, soit un parebrise craqué. En effet, la vitre courbée de l’hélicoptère est fragile aux changements de températures brusques. Mieux vaut prendre le temps nécessaire et ajuster la température interne de l’habitacle progressivement pour éviter les désagréments.

Pour dégivrer le parebrise, il ne faut surtout pas le gratter comme s’il s’agissait d’une voiture, car la vitre se retrouverait tout égratignée. Il est cependant possible d’utiliser une solution de lave-glace et d’eau.



4. Opter pour des couvertures sur mesure

Une galette de glace ou un peu de verglas peut occasionner un débalancement du rotor. Ce qui peut sembler anodin peut rapidement se transformer en situation problématique. En effet, ce déséquilibre peut causer des craques et nécessiter des réparations sur l’hélicoptère.

Pour éviter une telle situation, les couvertures de protections sur mesure représentent la solution tout indiquée si l’appareil ne peut être garé à l’intérieur. C’est également très pratique pour protéger le parebrise!

Regardez comment installer toutes les couvertures protectrices sur un R44 dans cette vidéo ci-dessus.



5. Effectuer un entretien préventif

Employé du Centre de Maintenance de Capitale Hélicoptère sur un escabeau en train de réparer un hélicoptère.
Respecter les inspections de maintenance recommandées par le fabricant, permet d’éviter de coûteuses réparations et de voler dans un appareil sécuritaire.

Bien entendu, un entretien préventif évitera bien des casse-têtes. Il est d’ailleurs primordial de contrôler l’étanchéité du circuit d’échappement, pour un appareil à piston, au début de l’hiver. Cet entretien préventif représente la meilleure protection contre un empoisonnement de l’équipage au monoxyde de carbone provenant des gaz d’échappement.

En respectant les inspections de maintenance recommandées par le fabricant, non seulement de coûteuses réparations seront évitées, mais l’appareil sera sécuritaire en vol.



Conclusion

En conclusion, avant de prendre les airs à bord d’un hélicoptère en hiver, il faut s’assurer que toutes les parties de l’appareil sont dégivrées. Cette étape préviendra ainsi un débalancement de toutes les pièces dynamiques. Une inspection visuelle de l’hélico est donc essentielle.

Pour obtenir davantage de conseils sur l’entretien hivernal, contactez le Centre de Maintenance Capitale Hélicoptère. Un membre de l’équipe se fera un plaisir de répondre à vos questionnements.



À lire aussi

05 mai 2021

25 raisons pour commander du resto

Toutes les occasions sont bonnes Quand vient le temps de commander du […]

Suite
07 avril 2021

9 qualités essentielles pour devenir un ...

Le pilotage d’hélicoptères nécessite bien entendu des connaissances sur le vol. Mais […]

Suite
30 mars 2021

20 activités familiales à Québec à faire...

À la recherche d’activités pour occuper toute la maisonnée? Parfois, les idées […]

Suite