Complexe Capitale Hélicoptère
Centre de maintenance
13 février 2017

Le métier de technicien d’entretien d’aéronefs

L’entretien des hélicoptères est primordial pour tout pilote et pour toute compagnie opératrice. GoHelico et l’École de pilotage Capitale Hélicoptère, comme plusieurs autres compagnies et propriétaires privés d’hélicoptère, confient la maintenance de leurs hélicoptères au Centre de maintenance Capitale Hélicoptère.

Être un technicien en entretien d’aéronefs, c’est avoir de grandes responsabilités au niveau de la sécurité des pilotes et passagers à bord de l’hélicoptère. Les TEA sont en charge de l’entretien et des réparations des systèmes mécaniques, mais également des systèmes électriques et hydrauliques des hélicoptères.

C’est un travail qui demande une précision extrême et un grand sens de la rigueur, car ils n’ont pas droit à l’erreur. Les TEA sont des gens manuels munis d’une grande dextérité. Ils sont minutieux, précis et très concentrés. Ils ont le souci du détail et du travail bien fait. Une grande capacité d’analyse est aussi une qualité essentielle pour un technicien en entretien d’aéronefs.

Le travail d’équipe est très important, bien que les TEA doivent également travailler seuls, de manière autonome, tout en faisant preuve de débrouillardise.

Au Centre de maintenance Capitale Hélicoptère, l’équipe a la chance de travailler avec des équipements à la fine pointe de la technologie et conçus spécifiquement pour l’entretien des hélicoptères, le tout dans un hangar de plus de 13 000 pieds carrés, construit spécifiquement pour la maintenance.

Plusieurs services y sont offerts, comme les inspections préachat; l’installation d’équipements optionnels; la vente de pièces; le service de dépannage; l’aide à l’importation ou l’exportation d’un appareil; le support à l’achat ou à la vente et le service d’avitaillement. Toutefois, la majeure partie du travail consiste à effectuer non seulement l’entretien périodique des appareils, mais également la restauration complète de ceux-ci, lorsque devenu nécessaire.

Les entretiens et inspections périodiques sont effectués afin d’assurer une sécurité en vol. Sur un hélicoptère, selon le modèle, les entretiens se font à différents intervalles, que ce soit aux 50, 100 ou 150 heures. Quant aux restaurations complètes, c’est un service de remise à neuf de l’appareil, nécessaire après un certain nombre d’heures de vol, ou selon l’âge de l’appareil. La restauration complète inclut l’inspection de l’appareil en le désassemblant au complet et en le réassemblant avec des pièces neuves ou des pièces remises à neuf ou encore les mêmes pièces inspectées, selon les besoins du client et l’état de l’appareil.

« J’ai décidé de devenir technicien en entretien d’aéronefs, parce que j’étais attiré par le défi que ce travail représente, de par la diversité des tâches à effectuer sur les différents types d’hélicoptères. Au cours des dernières années, j’ai aussi été appelé à voyager afin de prendre part à diverses missions, ce qui m’a beaucoup plu. C’est définitivement une satisfaction personnelle et professionnelle de voir l’évolution concrète de son travail et de tout finir à temps, selon les délais convenus », explique Jean-Philippe Goulet, chef d’équipe et technicien en entretien d’aéronefs pour le Centre de maintenance Capitale Hélicoptère.

Devenir technicien en entretien d’aéronefs
Au Canada, les techniciens d’entretien d’aéronefs (TEA ou Aircraft Maintenance Engineer (AME) en anglais) doivent être titulaires d’une licence délivrée par Transports Canada et être âgés d’au moins 21 ans. Les demandeurs doivent suivre un programme de formation de base approuvé ou acceptable (selon Transports Canada).

Voici les différentes étapes afin d’obtenir une licence (Source : Transports Canada)
• Avoir complété un programme de formation de base TEA d’un organisme agréé Transports Canada ou un programme de formation de base jugé acceptable par Transports Canada;
• Avoir acquis l’expérience totale applicable en maintenance aéronautique (La maintenance des aéronefs ultralégers, ultralégers de type évolué, de construction amateur, maintenance par le propriétaire ne donne droit à aucun crédit d’expérience);
• Avoir acquis des habiletés en accomplissant un certain nombre de tâches spécifiques de maintenance;
• Avoir complété avec succès l’examen portant sur la réglementation aérienne et les examens techniques (si requis) et,
• Avoir soumis une demande de licence de Technicien d’entretien d’aéronef accompagné de la documentation requise.
Pour avoir plus d’information sur la délivrance des licences de TEA canadiennes, nous vous invitons à consulter le site de Transports Canada.

Annotations sur type d’hélicoptère
Après l’obtention de la licence, le TEA doit toutefois suivre un cours spécifique afin de pouvoir travailler sur un type d’appareil en particulier. Par exemple, au Centre de maintenance Capitale Hélicoptère, ce ne sont pas tous les techniciens qui peuvent travailler sur l’ensemble des appareils. Certains techniciens sont spécialisés pour les modèles Robinson utilisés par GoHelico ou par l’École de pilotage Capitale Hélicoptère, alors que d’autres le sont pour les Agusta utilisés par Airmedic.

D’une durée d’environ trois semaines, ces cours spécialisés se donnent par des professionnels à divers endroits dans le monde. À la fin de la formation, le technicien peut travailler sur le type d’appareil en question.

Voici la liste de Cours sur type actuellement agréés

À lire aussi

03 septembre 2019

4 raisons d’opter pour le party de Noël ...

Vous cherchez le meilleur endroit pour faire votre party de bureau sans […]

Suite
16 août 2019

5 faits historiques pour la Journée mond...

Pour souligner la Journée mondiale de l’hélicoptère, nous vous présentons cinq faits […]

Suite
10 juillet 2019

3 raisons pour lesquelles notre terrasse...

C’est officiel, avec le beau temps qui est enfin arrivé, on peut […]

Suite