Complexe Capitale Hélicoptère
École de pilotage
26 août 2021

École de pilotage d’hélicoptère : Le quotidien d’un étudiant

Apprendre à piloter un hélicoptère nécessite beaucoup d’efforts. Malgré ce que plusieurs pourraient croire, la portion enseignée dans les airs n’est qu’une infime partie du cours. En fait, la très grande majorité de l’apprentissage se déroule les deux pieds sur terre. Alors, à quoi ressemble le quotidien d’un étudiant qui souhaite obtenir une licence professionnelle dans une école de pilotage d’hélicoptère?

Voici comment se déroule la vie étudiante à l’École de pilotage Capitale Hélicoptère.

Debout de bonne heure!

La journée commence tôt pour les étudiants de l’école de pilotage. Les futurs pilotes se présentent à 7 h au Complexe Capitale Hélicoptère. Heureusement, plusieurs d’entre eux habitent dans les résidences étudiantes situées de l’autre côté de la rue. Ils n’ont donc pas trop loin à aller pour débuter la journée!

Comme le premier vol de la journée a lieu à 8 h, certains étudiants préfèrent arriver encore plus tôt. Ils doivent par ailleurs prévoir au moins 1 h pour bien se préparer avant de prendre les commandes de leur appareil. « Pour ma part, j’arrive vers 6 h 45. Je préfère prendre mon temps dans ma routine de préparation », explique Ludovic Cappelletto qui se dit très méthodique et rigoureux dans son approche.

Une matinée bien remplie

La sortie de l’hélicoptère du hangar par l’instructeur positionné au niveau du fuselage et son étudiant à la queue.
Chaque matin, il faut sortir les aéronefs du hangar.

Une fois arrivé à l’école, la première tâche consiste à participer à la sortie des aéronefs à l’extérieur. Cette étape permet de créer une saine ambiance de camaraderie parmi les membres de la cohorte.

C’est également le moment tout indiqué pour faire la préparation pour leur vol. Certains étudiants ont un créneau de vol le matin, alors que d’autres voleront l’après-midi. Chaque jour, 4 blocs de vol sont possibles : 8 h, 10 h, 13 h et 15 h. Chacune de ces plages horaires peut accommoder plus d’un vol dépendamment de la disponibilité des appareils.

Préparation pour le vol

Un étudiant effectue son inspection journalière de son aéronef.
L’inspection journalière est une étape essentielle de la préparation pour le vol.

La préparation pour le vol comprend plusieurs étapes, dont l’inspection journalière. Cette inspection complète de l’hélicoptère sert à vérifier les niveaux des liquides, les signes d’usure anormale et à déceler les bris éventuels.

Les apprentis doivent ensuite déterminer ce que la journée leur réserve. Divers moyens sont mis à leur disposition pour qu’ils s’informent de la météo, de même que des alertes en vigueur. Ils se réfèrent aussi aux bulletins spéciaux émis par la tour, ainsi qu’aux NOTAM (message aux navigants). L’instructeur conclut par un briefing météo à la classe pour s’assurer que les analyses journalières des étudiants sont exactes.

De ce fait, le milieu de l’aéronautique est sujet aux changements d’horaires. Ce n’est donc pas parce qu’un vol est prévu qu’il aura nécessairement lieu, qu’on se le tienne pour dit!

Vient ensuite la vérification de conformité de l’appareil. Cette étape consiste à s’assurer que l’immatriculation, le certificat de navigabilité et l’assurance de l’appareil sont en règle. Puis, l’étudiant passe au calcul de la masse et du centrage.

Voilà qui complète la préparation pour le vol!

Briefing et débriefing

Un instructeur de l’école de pilotage d’hélicoptère pointe sur une carte pendant un briefing avec un étudiant.
L’instructeur rencontre son étudiant avant et après chaque envolée pour faire le point.

Puis, les étudiants doivent s’assurer de bien maîtriser la matière qui sera mise en pratique lors du vol. Avant de pouvoir prendre les commandes de leur hélico, les instructeurs testeront leurs connaissances. Hors de question de s’envoler si la théorie n’est pas assimilée. C’est une question de sécurité et d’efficacité d’apprentissage. La séance de briefing avant le vol entre l’instructeur et l’étudiant est donc cruciale.

Cette rencontre est habituellement assez courte. L’instruction préparatoire compte 31séances.

Il s’agit en quelque sorte de cours de théories appliquées. Si le feu vert est donné par l’instructeur, le vol peut avoir lieu. Selon le type d’exercice, cette envolée dure environ une heure – parfois plus, parfois moins.

Quand le vol est terminé, l’étudiant rencontre à nouveau son instructeur. Cette fois, c’est pour le débriefing. Les manœuvres exécutées lors du vol sont alors révisées et décortiquées. Les bons comme les moins bons coups sont examinés à la loupe pendant cette séance. « On parle de ce qu’on a ressenti et de ce qu’on a pensé en effectuant notre vol. C’est notre vision des choses », indique Elliot Quirin.

Voilà qu’une demi-journée est déjà passée!

Une pause bien méritée

L’heure du lunch sert à refaire ses forces tout en discutant avec les autres étudiants de l’école de pilotage d’hélicoptère. Cette période permet de tisser des liens et de partager leurs expériences. C’est aussi un moment qui permet d’échanger avec d’autres pilotes et des mécaniciens. Après tout, même s’ils viennent de milieux parfois fort différents, une passion commune les unit!

Un après-midi tout aussi chargé à l’école de pilotage d’hélicoptère

Étudiante de l’école de pilotage d’hélicoptère devant son ordinateur et ses livres pendant qu’elle prend des notes.
Les étudiants doivent prévoir un minimum de 3 h d’étude chaque jour pour assimiler la matière théorique.

Après la pause du dîner, les étudiants qui ont volé en matinée ont encore du pain sur la planche. En effet, un minimum de 3 h d’étude est requis chaque jour pour assimiler la matière théorique.

Être présent sur les lieux toute la journée, et ce, même pour étudier, est un net avantage selon Nicolas Dupont-Rougier. « Je peux me rendre directement dans le hangar pour vérifier et réviser sur une machine. C’est aussi formateur d’échanger entre nous », mentionne-t-il.

Deux soirées de cours théoriques

Sept étudiants de l’École de pilotage Capitale Hélicoptère assis en classe pendant un cours théorique.
Les cours théoriques ont lieu deux soirs par semaine en présentiel.

La théorie est enseignée en présentiel les lundi et mercredi soirs, de 17 h à 19 h. Tous les étudiants doivent obligatoirement y assister. Les cours peuvent cependant être devancés dans l’après-midi les jours où la température ne permet pas de voler. En procédant ainsi, tout le monde est libéré plus tôt.

« Le rythme est exigeant, mais on s’habitue au bout d’un certain moment. Je vois une nette évolution depuis le début de ma formation. J’ai de moins en moins l’impression d’être à l’école. Je suis de plus en plus autonome et je sens que je vais devenir pilote professionnel », affirme Elliot Quirin.

La matière à l’étude

Le plan de cours est réparti en 10 matières, soit :

– Règlement de l’aviation canadienne

– Aérodynamique et théorie de vol

– Météorologie

– Cellules, moteurs et systèmes

– Instruments de vol

– Radio

– Navigation

– Opérations aériennes

– Délivrance des licences

– Facteurs humains, incluant la prise de décisions

Tous ces aspects de la formation de pilote sont régis par Transports Canada. C’est ensuite aux instructeurs de l’école de pilotage d’hélicoptère de mettre cette matière à leur main et de la transmettre.

Les évaluations

Comme pour toute formation professionnelle dans une école de pilotage d’hélicoptère, les étudiants sont évalués au cours de leur apprentissage. Des évaluations théoriques ont lieu après chaque chapitre, et une évaluation pratique est effectuée après chaque vol. De plus, une autoévaluation est faite après chaque envolée. Tous les étudiants s’entendent pour dire qu’il y a beaucoup de remises en question, de réflexions et de doutes.

Pour obtenir la tant désirée licence de pilote professionnel, les étudiants doivent réussir 2 épreuves de Transports Canada. Pour que l’étudiant se présente à l’examen théorique, il doit réussir un prétest au préalable.

Une campagne de 6 à 10 h est ensuite nécessaire pour se préparer au prétest en vol. Précisons que ce nombre d’heures est inclus dans le 100 heures minimales de formation en vol. Une fois de plus, la réussite de cet examen est exigée pour que l’étudiant se présente à son test en vol de Transports Canada.

La licence de pilote d’hélicoptère professionnel est ensuite délivrée par Transports Canada. Le but ultime est donc atteint après des mois de travail acharné.

La vie en résidence

Les résidences étudiantes de l’École de pilotage Capitale Hélicoptère.
Les résidences étudiantes sont situées face à l’École de pilotage Capitale Hélicoptère.

La vie en résidence permet de créer une belle cohésion entre les étudiants. Certains se sentent parfois seuls, car ils ont dû tout laisser derrière eux le temps de leur formation. Il est estimé que 50 % des étudiants de l’École de pilotage Capitale Hélicoptère se tournent vers ce service d’hébergement.

En conclusion

Pour suivre une formation à l’École de pilotage Capitale Hélicoptère, il faut être motivé et dédié. L’enseignement est donné 5 jours par semaine, parfois le week-end si dame Nature n’a pas été suffisamment coopérative! Mais tous vous diront que tous les efforts valent la peine pour exercer un métier qui leur tient à cœur.

« C’est une aventure humaine extraordinaire. On est entouré de gens extrêmement compétents qui sont toujours là pour nous accompagner. La formule d’enseignement est à la portée de tout le monde. En faisant preuve de ténacité et de persévérance, on atteint notre objectif », résume Ludovic Cappelletto.

Pour de plus amples renseignements sur la formation offerte à Capitale Hélicoptère, contactez le directeur du recrutement dès maintenant!

À lire aussi

23 septembre 2021

Pêche au thon rouge: l’aventure du Chef ...

De la mer à l’assiette Vendredi matin, 17 septembre 2021. La fébrilité se […]

Suite
20 septembre 2021

Le rêve d’une vie: devenir pilote privé ...

En 2011, Joël Mailloux appose un Post-it sur son mur sur lequel […]

Suite
26 août 2021

École de pilotage d’hélicoptère : Le quo...

Apprendre à piloter un hélicoptère nécessite beaucoup d’efforts. Malgré ce que plusieurs […]

Suite